Loi Contreversee sur les Casques de Moto

Qualification rechercher par les motocyclistes concernent la Loi Contreversee sur les Casques de Moto:

  • La sécurité
  • la protections
  • le confort et
  • le look.
    Pour être dans le domaine des ventes des casques de moto depuis, plusieurs années. Ont peux être d’accord avec les forces policières qui veulent notre sécurité et nous
    Pouvons que les remercier, et en être reconnaissant, quand il exige des normes qui porte le numéro 218 D.O.T. Impression dans le casque, et non d’une étiquette collée. Toutefois, il faudrait aussi comprendre ces jolies demoiselles coquettes, qui ne veulent pas, à l’extrême, porter certains casques avec presque 2 pouces d’épaisseur, qui donnent une apparence de champignons et qu’ils ne sont pas plus sécuritaires, car ils sont trop lourds, lors de grande randonner, alors cela prendra un peu de jugement de la part des autorités.

La Loi Contreversee sur les Casques de Moto au Canada

Dépendent des villes des provinces et plusieurs états américains. Certaine force policière interprète les normes de sécurité des casques De moto de différentes façons et cela sans avoir l’opinion d’un véritable
spécialiste. Cela rend la situation très difficile aux pauvres motocyclistes Devant le juge. Voici quelques exemples à titre d’informations. Les motocyclistes auraient fortement intérêts à voir les jurisprudences sur les casques de moto.
Voici un reportage assez complet sur le sujet. Chronique apparue dans l’émission télévisée la facture datée du mardi le 2 septembre 2003.
« La police leur donne une contravention de plus de 100 $ à cause de leur casque de moto
Il y a au Québec près de 102 000 motos qui circulent sur les routes durant la belle saison. Tous ces motocyclistes et leurs passagers portent un casque. On en compte plus de 200 000. Mais faites attention, il y a des casques légaux et des casques illégaux!

la Loi Contreversee sur les Casques de Moto
Le problème, c’est qu’on ne s’entend pas au Québec sur ce qu’est un casque légal!
Des contraventions pour des casques de moto jugés illégaux
Le 26 mai 2002, un homme étrenne sa nouvelle moto – une Harley – dans les Laurentides. Un policier l’arrête à l’entrée de Prévost et vérifie son casque de moto. Un casque tout neuf, acheté en même temps que la Harley. Le policier avise le motocycliste que le casque n’est pas conforme au code de la sécurité routière : il lui manque l’étiquette portant la mention FMVSS 218. L’absence de ce sigle coûtera au motocycliste trois points d’inaptitude et une contravention de 105 $. Un mois plus tard, presque au même endroit, l’histoire se répète. Un autre homme est arrêté par la police parce que l’étiquette de son casque n’est pas conforme au code de la sécurité routière : « Une chose est sûre. Je n’ai pas envie d’attraper des contraventions tout l’été ».
Les normes de la sécurité routière

 

Loi Contreversee sur les Casques de Moto DOT

En vertu du code de la sécurité routière, tous les casques doivent respecter l’une des cinq normes de fabrication mondialement reconnues. La plus courante est symbolisée sous l’acronyme « DOT » – Department of Transportation. Cette norme américaine s’appelle DOT FMVSS 218.Une étiquette introuvable

Loi Contreversée sur les Casques de MotoMario Péloquin est le gérant de Moto Internationale Montréal, le plus grand magasin d’accessoires au Québec. Selon M. Péloquin, le fabricant doit inscrire dans le casque les éléments suivants pour respecter la norme « DOT » : l’étiquette « DOT », la grandeur, le message d’avertissement, la marque, le pays d’origine et la date de fabrication. Mais il n’y a aucune trace du sigle DOT FMVSS 218 exigé par les policiers. Le gérant affirme qu’aucun des casques en magasin n’a cette étiquette.
Serge Dextraze, président de Cadex, est un expert dans les tests de sécurité des casques. Il est perplexe lui aussi : « Je n’ai jamais vu de casque avec l’étiquette FMVSS 218 ».
Alors pourquoi exige-t-on au Québec cette fameuse étiquette introuvable? De nombreux motocyclistes se sont fait coincer. La Facture a rencontré un chef de police. Richard Girard, de la police de Rivière-du-Nord, assure qu’il n’a pas émis de directives sur le sujet. Ce qu’en pense le juge
Nos deux motocyclistes ont comparu le même jour en cour municipale pour contester leur contravention. Le juge Jacques Laverdure a été catégorique : « Il faut que le casque contienne une étiquette à l’intérieur, qui spécifie que le casque respecte la norme DOT FMVSS 218 […] Vous n’avez pas cette étiquette-là, je regrette ».

Le juge affirme qu’il ne fait qu’appliquer la loi à la lettre. La loi stipule que « le casque doit être muni, en tout temps, d’une étiquette de conformité ». Mais la teneur de l’étiquette n’est pas précisée.Cela donne donc place à l’interprétation.SAAQ Loi Contreversee sur les Casques de Moto

Loi Contreversee sur les Casques de Moto jugés illégaux seulement au Québec

Des casques jugés illégaux… seulement au Québec
La Facture a posé la question à ceux qui ont créé la norme, au département américain des Transports. Voici la réponse de Washington : Il n’est pas nécessaire d’écrire le sigle FMVSS 218 sur le casque.
C’est seulement au Québec que l’on exige la présence de ce sigle sur les casques. La Facture a demandé des explications à la SAAQ – la Société de l’assurance automobile du Québec. Cet organisme a écrit la loi et c’est donc lui qui pourrait la faire clarifier. Pourtant, la SAAQ a refusé une entrevue à La Facture.
L’expert Serge Dextraze a testé la conformité d’un casque du même modèle que celui de l’un de nos motocyclistes. Selon M. Dextraze, les résultats démontrent, sans l’ombre d’un doute, que le casque est sécuritaire.
Il y a aussi les casques non sécuritaires ( Loi Contreversée sur les Casques de Moto )
Les motocyclistes se disent victimes de harcèlement. Les policiers rétorquent qu’ils ne font qu’essayer de sauver des vies en éliminant de la route les casques non sécuritaires, prisés par bien des amateurs de moto. Le policier Richard Girard : « Nous nous sommes aperçus que, depuis plusieurs années, il y a beaucoup de faux collants « DOT » qui circulent. Des gens prennent des casques non-conformes puis ils posent le collant à l’arrière du casque ». test Loi Contreversee sur les Casques de Moto
La Facture a fait enquête, à l’aide d’une caméra cachée, dans cinq commerces de la grande région de Montréal. Trois magasins vendaient ouvertement des casques non conformes au code de la sécurité routière. L’un d’eux offrait même de faux collants « DOT ».
La Facture a acheté un casque non sécuritaire et y a apposé un faux collant « DOT ». La vente de ce genre de casques est carrément illégale. À première vue, un policier peut-il facilement évaluer si un casque est conforme à la norme « DOT »? L’expert Serge Dextraze croit que oui. « L’absence de mousse va automatiquement déterminer si un casque est conforme. […] Ça se voit à l’œil nu. »
Acheter la paix?
La controverse sur l’étiquetage a pris de telles proportions que Motovan, le plus important distributeur canadien de casques, a décidé d’acheter la paix. Motovan a donc exigé que les fabricants asiatiques ajoutent une étiquette DOT FMVSS 218 dans chaque casque importé au printemps dernier. La controverse continue sur la Loi Contreversée sur les Casques de Moto.

lisez apropos sur la Loi Contreversee sur les Casques de Moto sur bikerstockhouse.

Leave a Reply

  • (will not be published)